Je suis d’ici puisque je ne suis pas d’ailleurs
“Touriste”. Le jour où l’on m’a lancé ça, un fossé s’est crée en moi. Je me souviens du jour et de la scène où un homme m'a dit ça, en voyant que je ne comprenais pas la langue que nous étions censés partager. Je me souviens aussi avoir compris avant même de le connaître ce que le mot "déracinement” pouvait vouloir dire.
En retournant dans le pays qui m’a mise au monde, j’ai découvert le patchwork d’expériences qui auraient pu constituer mon quotidien. J’ai pu aussi voir que, malgré les ressemblances physiques, mon désir d'appartenance, ma place n’était pas là-bas.
Dès qu’une personne venait s’adresser à moi, mon regard, mon ignorance culturelle et langagière trahissaient mon imposture. Visage d’ici, mais culture d’ailleurs. Comme un masque cachant mon vrai moi, insaisissable aux yeux de tous tous, les miens compris.
Aujourd’hui j’ai fait la paix avec ce pays avec lequel je n’ai pas d’attache. Je ne lui dois rien, et lui ne me demande rien. Nous sommes quittes.
Et toi, comment gères-tu ton rapport à ton pays de naissance ? Comment l’as-tu géré ? Pour témoigner, rdv sur Instagram ou sur ce formulaire
 
 

©moi adopté·e, 2022 - site réalisé par A. R
→ Témoigner sur 👉  ce formulaire
→ Nous suivre sur Instagram
badge